À TOUT POINT DE VUE, JE VAIS DE MIEUX EN MIEUX…

Sérigraphie sur voile géotextile, 102 x 122 x 700 cm, 2016-2017.

Ma grand-mère maternelle, Marie-Claire, était atteinte de démence vasculaire. Tranquillement chaque jour, elle détournait un peu plus son regard de notre monde pour se perdre dans une réalité qui lui appartenait, sans temporalité. La photographie a documenté sa vie depuis son très jeune âge et elle a conservé des dizaines de photographies argentiques dans une boîte. J’ai remonté le temps en parcourant un à un ces clichés qui me fascinaient. J’ai trouvé son plus ancien portrait, daté de 1930, qui la dépeint sur un banc d’école à l’âge de sept ans.

Balayant la période de 1930 à nos jours, l’installation rappelle l’esprit intemporel de ma grand-mère Marie-Claire, oscillant entre le passé et le présent. Les déplacements en périphérie de l’installation permettent de découvrir l’évolution des visages jusqu’au moment où, âgée de 86 ans, Marie-Claire commence à perdre la mémoire. Alors, son visage s’efface peu à peu, se fragmente et se dissout dans l’espace, à l’image de son esprit.

En vidant la maison familiale, ma mère trouva une note manuscrite écrite de la main de ma grand-mère, cachée sous sa lampe de chevet : « À tout point de vue, je vais de mieux en mieux »

À tout point de vue, je vais de mieux en mieux… a fait partie de l’exposition éponyme présentée à la Galerie de Rift de Ville-Marie, puis a été intégrée à l’exposition L’Air du temps présentée au Centre d’art Diane Dufresne de Repentigny et au Centre d’exposition d’Amos en 2017, puis à Engramme en 2018.

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *