À propos

 

CONTACT

Courriel : eloise.plamondon.page@gmail.com

CV

 

BIO

Basée à Québec, je poursuis mes recherches dans différents contextes au Québec comme à l’étranger. J’ai participé à plusieurs résidences de création au Canada, en Allemagne, en France, en Italie, au Portugal, au Japon, en Chine et en Islande, où j’ai également exposé mon travail lors d’expositions individuelles et collectives, et de biennales internationales. À travers mon parcours nomade, je me questionne sur ma propre démarche expérientielle et m’intéresse à la dynamique entre « l’ailleurs » et le « local » comme potentiels de création : c’est en me frottant au monde que je définis les enjeux d’une création contextuelle.

Je remercie sincèrement le Conseil des arts du Canada, le Conseil des arts et des lettres du Québec, Première Ovation (Manif d’art et Ville de Québec) et Les Offices jeunesse internationaux du Québec (LOJIQ) pour leur soutien précieux à mes différents projets de création et de résidence. Je remercie également le Fonds de recherche du Québec – Société et culture (FRQSC) pour son appui à mon projet de recherche à la maîtrise en arts visuels à l’Université Laval achevé en 2021.

 

DÉMARCHE

Ma pratique est traversée par le mouvement et par le temps. Elle est rythmée par les saisons et par les eaux qui mènent à la lumière. Elle se morphe aux contextes et aux territoires comme autant de rencontres riches d’expériences sensibles et humaines.

C’est en me frottant au monde que j’apprends non plus à le voir, mais à le percevoir et à le ressentir dans toute sa poésie. En filigrane, l’impermanence des choses imprègne mon rapport à la création : devant l’éphémère, je deviens sensible aux changements infimes du temps qui passe et me laisse imprégner par eux.  En toute présence, je m’abandonne à cette sensibilité qui est mienne et qui me guide vers différents médiums pour rendre compte de mon expérience qui, inéluctablement, remodèle mon rapport au monde et transforme le regard que je porte sur lui. Il me faut apprendre à ne saisir que l’essentiel de ces fulgurances qui me traversent jusqu’à m’émouvoir, et s’achèvent sitôt arrivées… Appréhendant déjà le deuil à venir, c’est ainsi que je me contente de les regarder partir et que je m’émerveille en acceptant qu’elles se terminent.

J’ai longtemps pensé qu’il me fallait aller chercher l’Ailleurs derrière l’horizon, mais chaque fois l’horizon se repousse comme l’oiseau que je tente d’approcher, insaisissable. C’est dire, au fond, que le voyage commence au pas de ma porte… Ma démarche artistique relate un véritable parcours, tant géographique qu’humain, et mes œuvres incarnent ce qu’il reste de mon expérience sensible du monde : elles en sont le catalyseur, le vestige, le moyen de voyager jusqu’à vous.

 

PRESSE – À venir

 

POUR EN SAVOIR PLUS…

Conférence L’Ailleurs comme potentiel de création, présentée par la Galerie des arts visuels de l’Université Laval le 10 mai 2020.

Je ne peux pas vous dire ce que mon travail évoque ou ce qu’il signifie, car je considère que mes oeuvres possèdent autant de significations que de spectateurs qui les rencontrent, les contemplent, les activent ou y participent : autant de significations que d’expériences de l’oeuvre. La seule chose que je puisse affirmer avec certitude, c’est d’où elles viennent, et c’est la raison pour laquelle j’adore vous raconter leurs histoires :